Campfire Audio Polaris – Le test

On se retrouve aujourd’hui pour un test un peu différent de d’habitude: un test d’écouteurs intra-auriculaires, les récents Polaris de chez Campfire Audio. Marque peu répandue de ce côté de l’Atlantique, elle n’en reste pas moins une des favorites chez les audiophiles au porte-feuille bien fourni.

 

 

Présentation et contenu de la boîte:

Les Polaris sont des intra-auriculaires à câble détachable qui se portent par dessus l’oreille. Il sont assez imposants et lourds et sont présentés dans une robe bi-ton bleu mat et noir “Cerakote” mat rugueux. Leur structure est en aluminium imprimé en 3D. Ce sont des écouteurs deux voies, ce qui signifie que chaque oreillette renferme deux hauts parleurs. On retrouve donc un haut-parleur dynamique de 8.5mm pour couvrir les basses fréquences ainsi qu’un haut-parleur à armature balancée pour le reste du spectre. Cette combinaison permet de couvrir l’entièreté du spectre en conservant une bonne qualité d’écoute. Ils sont fournis dans une petite boîte en carton bleue joliment décorée et viennent avec pléthore d’embouts pour mieux s’adapter à votre oreille, une brosse de nettoyage, une housse de transport en cuir noir et un certificat de garantie/authenticité.

 

 

Confort:

La première étape consiste à trouver des embouts qui correspondent à vos oreilles. C’est extrêmement important afin d’avoir une bonne isolation. Sans cela, non seulement le son ne sera pas aussi bon (surtout au niveau des basses) mais les écouteurs ne tiendront pas dans votre oreille. De plus, les sons parasites venant de l’extérieur viendront perturber l’écoute. Heureusement, beaucoup d’embouts de différentes tailles et de différents matériaux sont fournis. Une fois ceci fait, les écouteurs tiennent bien en place. Cela dit, leur relative lourdeur peut les pousser à sortir de votre canal auditif en cas de mouvement brusque. Leur structure imposante n’est également pas des plus confortables pour les personnes possèdent une conque plus petite que la moyenne. Avis aux personnes ayant de petites oreilles: vous voila prévenus. En dehors de ça, le confort est correct, sans plus. Le câble est très léger et flexible, et le jack est coudé. Que des bons points pour ce câble donc.

 

 

Écoute:

Nous voila au plat de résistance: l’écoute. Avant de conduire ce test, je les ai “rodé” une cinquantaine d’heures. Avant toute chose, une description sur les setups d’écoute. J’en ai utilisé deux, le premier est le “setup mobile”: à savoir les écouteurs connectés directement à mon OnePlus 6 et écoute de musique via Deezer. Le second est le “setup sédentaire”: les écouteurs connectés à mon ampli casque / DAC externe SMSL M6, lui relié à mon ordinateur via USB, et la musique reproduite dans Foobar2000 en mode de sortie ASIO bit-perfect (pour supprimer toutes pertes possibles), avec des chansons de toutes qualités allant du 16bit/48khz au 32bit/384khz.

 

  • Signature audio:

Commençons par ce qui saute aux yeux, leur signature auditive. Ils possèdent une signature en V assez marquée (Basses et trebble mis en avant) mais toujours dans le contrôle. Pour vous aider à comprendre, imaginez le son que produit des casques Beats, mais en beaucoup plus qualitatif, détaillé et contrôlé.

  • Basses:

Les basses. Clairement le point mis en avant par Campfire Audio sur les Polaris. Elles sont présentes mais pas intrusives. Elles restent à leur place mais ont un énorme potentiel. En effet, si la chanson à été enregistrée en insistant fort sur les basses, alors les Polaris se transforment en mini-subwoofers capables de rivaliser avec la majorité des gros casques audiophiles. Les sub-bass (sous les 40hz) sont également présentes et ne demandent qu’à s’exprimer.

  • Mids:

Les “lower mids” sont décevants cependant. C’est normal avec des écouteurs à signature en V, et encore plus normal avec des hauts-parleurs hybrides dynamique+balancé (car les low mids, c’est précisemment la zone ou les drivers dynamiques cessent de fonctionner et ou les armatures balancées entrent en jeu. Etant bas sur les spectre des armatures balancées, le son est plus étouffé et moins fort). Le reste des mids devient vite clair, détaillé et très ouvert pour des écouteurs fermés. La spacialisation est adéquate mais pas excellente et l’imagerie audio est très bonne: on peut facilement placer les instruments dans l’espace.

  • Trebble:

Pour ce qui est des trebbles (aigus), ils sont superbes. Les Polaris offrent des aigus clair et précis, ne masquent presque aucuns sons sur ce spectre. Encore une fois, c’est normal sur des écouteurs en V. Les aigus montent aussi très haut en gardant un superbe niveau de détail.

  • Potentiel d’équalisation:

Pour cette partie, j’ai joué avec l’égaliseur de Foobar2000 afin de voir si ont peu modifier le son, même à l’extrême, et voir si le son reste cohérent et précis. En poussant les basses fréquences au maximum, on arrive à un rendu proche d’un subwoofer. C’est très impressionnant, on arrive à un niveau ou il y a presque trop de basses. Mais même à ce niveau de basses, aucune saturation audio, et surtout: le reste du spectre reste audible et cohérent. C’est une réussite sur ce point. Idem sur le reste du spectre, impossible de mettre leur précision et leur détachement en défaut.

 

 

Conclusion:

Après un long test étalé sur plusieurs jours, voila l’heure du compte rendu. Et mon avis n’est pas aussi clair que vous pouvez croire. Ce sont d’excellents écouteurs intra-auriculaires, surtout pour les amateurs de basses et de musiques modernes. Cependant ils ne sont pas exemptes de défauts. Si vous écoutez de la musiques classique, si vous avez de petites oreilles ou si vos conduits sont un peu originaux, ils ne sont clairement pas faits pour vous. Du reste je ne peux que les recommander… Si vous en avez les moyens. Car oui, je n’ai pas encore parlé de leur prix, et c’est la que le bas blesse. Ils sont en vente sur divers sites européens entre 600 et 700 euros (prix officiel de 599$, mais introuvable à ce prix sous nos latitudes). Oui, autant. Mettre autant d’argent pour des écouteurs, ce n’est pas anodin. En considérant leur prix de vente, je trouve qu’il existe d’autres écouteurs qui ne sont pas si loin que ça en terme de qualité et qui coûtent la moitié du prix. A vous de voir maintenant si cette grande clarté, polyvalence, précision, potentiel de basses et puissance justifient ce prix.

Je vous dirais que pour l’amateur de musique lambda, il ne valent pas le coup, en tout cas pas au prix neuf. Pour les audiophiles passionnés à la recherche de superbes écouteurs, c’est une autre histoire…

 

Groupe Facebook basé sur une communauté d'entraide informatique

Aller à la barre d’outils