Deepin OS : test rapide

Deepin OS : test rapide

15 juillet 2018 Non Par Adrien Boilley

Bonjour, et bienvenue pour ce test rapide.

Logo Deepin OS

Deepin OS est un système d’exploitation GNU/Linux et développé par : Wuhan Deepin Technology Co., Ltd. Oui : encore du made in China.  Cependant, il est développé en open source et distribué gratuitement et sous Licence libre.

Deepin OS est basé sur la célèbre distribution communautaire Debian. Il embarque son propre noyaux linux (64bits seulement : la version 32bits à été abandonnée) et les programmes habituels à Debian dont le système de gestion de paquet DPKG (debian package, dont je parle dans mon blog).

Le système se veut moderne, complet et simple d’utilisation.

Téléchargement et Installation

Le programme peut se télécharger depuis le site de l’éditeur. Mais comme la Chine est cachée derrière un pare-feu géant ; version grande muraille numérique ; je vous suggère donc de télécharger depuis SourceForge : c’est la même chose, mais les américains n’ont pas encore bridé internet.

Elle est relativement exigeante en ressources : donc si c’est pour recycler un vieux PC : privilégiez toutou linux, Xubuntu ou équivalent. Elle ne supporte que les processeurs 64 bits, 1,2Ghz ou mieux, prévoyez au moins 2 Go RAM DDR3 et 15Go de Disque dur au minimum, 20 Go si vous voulez garder un peu de marge.

Installation

Dès que votre Boot USB démarre (ou votre VM, au choix), vous devriez tomber sur un bel écran bleu. Ce logiciel ne fournit pas (ou du moins, pas encore) de version Live. Dommage.

Deepin : panneau d’installation.

Le second panneau vous demandera de choisir la langue : utilisez le menu pour naviguer dans les options.

Deepin Choisir la langue

Le compte utilisateur

N’oubliez pas : comme il s’agit du premier compte : celui ci recevra des privilèges administrateurs.

Première déconvenue : on a changé la langue d’affichage : mais le clavier est resté bloqué sur qwerty !  Bon, faudra changer une fois installé. Attention en tapant votre mot de passe si celui-ci contient des lettres.

Deepin : création du compte utilisateur.

Partitionnement

Il n’y a pas de capture d’écran puisque j’ai oublié de la faire. Mais il n’y a pas grand choses à voir non plus : le logiciel vous liste les partitions et vous demande sur laquelle l’installer. Et comme je suis sur une VM : il n’y avait qu’une seule partition. Donc rien à voir.

Démarrage

L’écran de connexion utilisateur. Je vous rappelle que le système est encore en qwerty : attention à votre mode de passe.

Écran de connexion

Au premier démarrage : et dès que le bureau est chargé : le programme vous propose de configurer une partie de l’interface graphique. Choisissez donc la disposition du dock, des menus et le style des icônes.

Configuration de l’interface

A la fin de cette étape : je vous conseille de vous rendre dans le menu des paramètres (roue dentée) et de basculer le clavier en français.

Logiciels disponibles

C’est dans le choix des logiciels que se distingue la plupart des distributions.

DeepinDesktop

Deepin embarque son propre environnement de bureau basé sur les librairies Qt.  L’interface ressemble globalement à celle de MacOs.

Bureau Deepin

Panneau de configuration

Indispensable : il permet d’accéder aux réglages du logiciel. Originalité : il est a droite de l’écran, sur fond transparent, et se développe sous la forme d’une liste.

Panneau de configuration.

Le Navigateur de fichier

Il existe de nombreux navigateurs de fichiers sous GNU/LInux : “Nautilus”, “Dolphin”, ou encore “Files”. Mais non : Deepin fournit son propre navigateur de fichiers.

Il est certes très élégant, mais je trouve qu’il manque un peu de fonctionnalités, comparé à Dolpin, par exemple. Il n’affiche pas les droits unix des fichiers. Vous savez, ces petites choses à priori rébarbatives mais si indispensables à la sécurité du système. Bon, tant pis.

Étrangeté : le dossier utilisateur contient un fichier au nom chinois et dans ce dossier, 5 fichiers documents (texte, présentation et tableur) entièrement VIDES ! Peut être un jour trouverai je une explication ?

Navigateur de fichier

Le Navigateur web

Google Chrome. Pas besoin de le présenter : la plupart d’entre vous connaissent déjà, je présume. Pas grand chose à dire de ce côté là.

Lecteur multimédia

Il existe de nombreux lecteurs multimédias  sous Linux, des spécialisés comme RythmNBox pour la musique ou Movies pour les vidéos, et des lecteurs polyvalents comme VLC. Mais non, à l’instar du navigateur de fichier : Deepin à ses propres lecteurs multimédias par défaut.

Lecteur de média audio

Logithèque : le Deepin Store

A l’instar d’Ubuntu et autres distributions Linux : le logiciel vous fournit une logithèque : le Deepin Store. On y retrouve pèle mêle des logiciels libres comme Firefox ou Libre office, et des logiciels propriétaires comme Skype, WPS.

Logithèque Deepin

Suite Bureautique WPS

Anciennement Kingsoft Office. Si beaucoup de distributions soutiennent le projet Libre Office par choix philosophique et fournissent cette suite par défaut. Il n’en est rien de Deepin qui lui, vous propose la suite WPS par défaut.

Suite bureautique chinoise.

Console

Deepin nous révèle une jolie console, très colorée. Très verte, même.

Console Deepin

Mise à jour et sécurité

Les mises à jour ont l’air correctes et rapides sur l’unique source du fichier /etc/apt/source.list  : packages.deepin.com bien que je n’ai pas vérifié le chiffrement de la connexion, et qu’un indicateur soit bien présent en début de ligne. Mais je ne fais pas d’audit de sécurité : comme il s’agit d’un dérivé debian, open source et (relativement) libre, je pense que ce système est sûr.

Cependant : l’application Spotify pré-installée a rencontré une erreur de clé. Je vous conseillerai d’enlever le programme et de supprimer le fichier spotify.list de la liste dans le dossier /etc/apt/source.list.d. Puis d’utiliser ce dépôt Debian pour le réinstaller.

Erreur de clé de chiffrement

Conclusion

L’effort graphique est très appréciable : bien qu’à mon humble avis : ils auraient pu atteindre ce même résultat sans réécrire chaque programme !

A mi chemin entre MacOs, Windows et les GNU/Linux : Deepin est très facile à manipuler : et peut aider un débutant à démarrer sous Linux ou juste échapper à Windows. Dans le même registre, mais dans un autre style : ZorinOS est un fork KUbuntu (Ubuntu + KDE) très personnalisable et s’appuyant sur des dépôts Ubuntu.

Les libristes (les gens fans des logiciels libres) vont clairement pas goûter cet empilement de programmes propriétaires.

Bref : ce logiciel semble avoir de beaux jours devant lui. Mais je préfère vous laisser vous faire votre avis.