EVGA 780TI K|NGP|N: Toujours un monstre en 2018 ?

Nouvel article, nouvel objet d’exception à passer sous la loupe… La pièce de résistance du jour est une carte graphique très rare, non vendue en Europe et qui-plus-est dans un état irréprochable; j’ai nommé la Nvidia EVGA 780TI K|NGP|N Classified !

L’objet de l’article du jour, outre le tour du propriétaire et l’exploration des possibilités de cette carte légendaire, est de voir comment elle se porte sur les tout derniers jeux du moment, 4 ans après sa sortie. Voyons déjà à quoi ressemble cette jolie carte sans son refroidissement:

Ce que vous voyez ici, c’est un PCB plutôt musclé doté d’un étage d’alimentation impressionnant à 14+3 phases (14 pour le core, 3 pour la VRAM) ! On note l’éternel connecteur SLI (compatible jusqu’à 4 way), les connecteurs alimentation aussi démesurés que les VRM: deux 8 pins ET un 6 pin sont requis ! Rien d’étonnant quand on sait que la carte est capable de tirer 450w ! A la gauche de ces connecteurs on trouve un connecteur EVBOT qui permet, via les adaptateurs fournis dans la boite, de relier un multimètre à la carte afin de mesurer les voltages avec précision. Inutile pour le joueur lambda me direz-vous, mais c’est justement parce que ce n’est pas le but premier de cette carte. Portant le nom de K|NGP|N, le fameux overclockeur extrême, cette carte a clairement été conçue pour l’overclocking extrême et pour battre des records. On voit aussi, autour du gpu, les 12 puces mémoires de 256mb chacunes, portant le total de VRAM à 3GB.

Bien que n’étant pas vraiment conçue pour être utilisée avec son refroidissement de base, mais plutôt sous watercooling ou sous azote liquide (LN2), nous allons la tester sous sa forme de base, afin de voir jusqu’où peut nous mener cet imposant refroidissement à air de série.

On remarque immédiatement une chose: cette carte est très haute. Cela a permis à EVGA de mettre deux ventilateurs de 10cm, qui suffisent à peine à tenir la carte sous les 90 degrés après un gros overclock, comme nous allons le voir.

La voici installée dans notre configuration de test: mon serveur personnel issu de la série “Monter son propre serveur”, dont vous pouvez retrouver le montage ici. Nous avons du changer l’alimentation pour l’occasion, étant donné que cette carte est du genre vorace…

Pour les testes en jeu de la carte, nous restons sur le BIOS par défaut, proposant une boost clock de 1137mhz, ce qui est déjà très élevé par rapport aux 875mhz de base d’une 780TI de référence. J’ai commencé par le très récent et très demandeur Far Cry 5, en 1080p. Avec tous les réglages poussés au maximum, j’ai été étonné de voir que l’on reste constamment au dessus de 60fps, sauf à de rares moments ou l’on peut descendre dans les 50. En somme, une expérience parfaitement plaisante. Le problème ici, c’est le bruit. Elle chauffe pas mal, et qui dit chauffe dit nuisances sonores accrues. En charge 3D continue, le ventilateur se fait entendre. Ce n’est en aucun cas irritant, mais c’est assez audible. J’ai ensuite testé PUBG, toujours en 1080p. En passant tous les réglages en ultra, on retrouve une expérience assez similaires, mais ici il est plus fréquent de passer sous les 60fps, voir parfois sous les 50. En baissant les réglages en High, plus aucuns soucis. Ici encore, la carte reste dans les 85 degrés, ce qui est beaucoup vu la taille du refroidissement.

Passons maintenant au moment le plus drôle: l’overclocking. Pour cela, je passe la carte sur son second bios: le bios LN2. Il permet un plus grand contrôle et des limites repoussées, notamment au niveau du vcore.

Sans éditer le voltage, mais juste en le montant au maximum dans PrecisionXOC, on atteint déjà 1345mhz en charge. Assez stable, mais pas totalement: je n’ai pas su finir de FireStrike à cette fréquence. Notons que nous sommes tout de même 470mhz plus haut que la fréquence de base d’une 780ti ! Je passe ensuite la vitesse supérieure en employant GTX Classified Controller, une application permettant de monter le voltage de la carte graphique afin de l’overclocker plus. En montant à 1.2v, puis 1.225, j’ai pu stabiliser cet overclock, j’ai par contre été freiné par les températures…

En effet, avec la ventilation à 100% constamment (bonjour les acouphènes…), on dépassait déjà allègrement les 90 degrés en charge pendant le benchmark FireStrike. J’ai donc décidé d’arrêter mon expérience la. Ma conclusion est que cette carte est encore plus qu’adéquate pour jouer en 1080p en 2018, puis si vous voulez vous lancer en overclocking extrême: elle ne semble avoir aucune limite, mais il faut clairement passer en watercooling custom voir LN2 pour en tirer la quintessence.

Rien d’étonnant, puisqu’apres tout, c’est pour cet usage qu’elle a été conçu…

  • Enzo Silva

PS: j’ai justement le waterblock EK conçu pour cette carte (EKFC780 GTX Classy), il se pourrait donc que dans un futur épisode, je passe cette carte sous eau afin de la pousser un peu plus 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Aller à la barre d’outils