Hackintosh, alors ça donne quoi ?

Historiquement, macOs et Apple en général ont toujours été considérer comme un environnement très fermé, ne pouvant pas comme Windows ou une distribution Linux , ce déporté sur « n’importe » quel matériel.

Né en 2005 sous le sigle « OSx86 » , le Hackintosh tel que le connaît aujourd’hui n’est encore que quelques balbutiements, c’est à la base un projet collaboratif de hackers qui voulaient porter macOS sur n’importe quelle machine standard.

Il y a maintenant 8 ans, j’ai tenté mon premier hackintosh , un vrai désastre, beaucoup de complications , ne serait-ce que pour booter sur la clef que j’avais préparée, l’installation a été un vrai calvaire , et niveau fonctionnement … BREF on était vraiment très , très loin d’un M(H)ac(k)intosh digne de ce nom.

Il y a peu, ayant une nouvelle configuration, et macOS BigSur étant arrivé sur le marché, je me suis dit, tiens si je réessayais ?
Mais problème j’ai une configuration Ryzen et bien sûr Apple ne connaît pas AMD au niveau de ses Macs…

Qu’a cela ne tienne !

C’était sans compter sur une communauté de passionnés qui à rendu possible le « Ryzentosh » !

En substance, pourquoi ne pas faire un exemple ?
Ni une ni deux, je me suis lancé dans l’aventure.


————–

Le Ryzentosh

  1. Dortania

    Dortania est un projet qui permet via un bootloader nommé OpenCore ( OC pour les intimes ) de booter sur votre machine l’installateur de macOS et le système au final.
    Ce sera facile vous dites ? Ouuhhh … Prenez garde..

  2. L’installation

    Le site de Dortania étant très bien fait je ne vais pas refaire tout le tutoriel de préparation de la clef, de l’ACPI, des kexts etc.
    Attention, ce qui est valable pour votre chipset, votre socket bref, vos composants en général, ne l’est pas pour votre voisin ! Il faut suivre SCRUPULEUSEMENT les étapes pour être #presque# sûr de booter correctement.
    Faites attention à vos prérequis !
    Au minimum il vous faut :
    Un minimum de compréhension de la langue de Shakespeare
    Un mac OU un Windows
    Une clef de 8 ou 16GB
    Connaître vos composants
    DE.LA.PATIENCE :3

  3. La surprise !

    Ahh…
    Après une petite demi-journée, de préparation, de paramétrage de mon ACPI, mes kexts, mon config.plist mon Bios, viens le temps du Boot 🙂

    Et quelle agréable surprise avec un guide aussi clair !
    Tout se passe pour le mieux, le boot est parfait, l’installation se passe sans accroc 🙂
    Plus que la configuration initiale puis la mise en place de quelques logiciels et me voici .. Sur le bureau 😀

  4. Petit reminder

    Alors, avant de vous exposé mes impressions voici un petit rappel de mes composants :
    CPU: Ryzen 3900x
    WC: H75 Corsair
    RAM: 32go DDR4 Corsair Platinum 3200Mhz ( XMP activé )
    CM : X570 Aorus Pro Wifi (rev1.0)
    CG: MSI 5700XT EVOKE OC (rev2) Repast
    NVME : 970 Pro 512Go
    SSD: 250Go 960 EVO
    HDD: 4To WD Gold
    Alimentation : EVGA 800W Platinum
    Boitier : ERA ITX
    Ecran : S340C HP

    Je précise que :
    – Tout mes périphériques fonctionnes.
    – Je peux gérer mes ventilateurs.
    – Je peux gérer mon Ryzen de A à Z .
    – Ma 5700Xt est reconnu nativement et fonctionne à 100% de ses capacités.
    – J’ai mappé les port USB de ma carte mère ( nb: Apple n’autorise que jusqu’à 15 port USB maximum sur la carte mère ).
    – Le TRIM est Enabled.
    – Ma partitions macOS est en AFPS et Windows en NTFS.
    – Mon PciEGen est en V4.0.
    – Mon support CSM est désactivé.
    – Mon XHCI Hand-OFF est activé.

  5. Les impressions ?

    D’une fluidité sans égale, il est clair que macOS ce place bien au-dessus de Windows, même sur mon hackintosh, je sens cette différence notable entre les deux OS

    C’est comme si ce PC avait été fait pour fonctionner sous macOS , un vrai bonheur !
    La gestion du processeur fonctionne, idem pour l’ensemble de mes ventilateurs, j’ai les remontées et je contrôle comme je le souhaite 😀

    Le seul problème que j’ai pu (malheureusement mais logiquement) relever, c’est que la virtualisation AMD ne fonctionne pas, et oui, Apple à forcer les éditeurs de logiciels à passer par son propre hyperviseur, qui de façon logique ne supporte pas les protocoles de virtualisation AMD (SVM), mais ça ne veut pas dire que la communauté ne trouvera pas (encore) un moyen de faire fonctionner tout cela …
    Il est maintenant temps de passer aux tests, voir les performances et bench, en jeu, en modélisation, encodage etc.
    Faire des comparatifs quoi !

    Si cela vous intéresse, n’hésitez pas à donner vos suggestions de tests et nous verrons tout cela au prochain épisode !

    Et qui sait .. Peut-être qu’un tutoriel un peu plus généraliste vous sera mis à disposition qu’en dites-vous ?

    Voici un avant-goût 😉Mon hackintosh