La crypto-monnaie : oui et non !

La crypto-monnaie : oui et non !

26 mars 2018 0 Par Alexis Michiels

J’avais dans l’envie d’un peu m’indigner, ou pas, contre la crypto monnaie…

Alors voici le résultat !


La crypto monnaie est une monnaie virtuelle qui n’est gérée par aucune banque, elle n’est donc utilisable que via le biais d’Internet. Cet argent est crypté en intégrant l’utilisateur dans l’encodage avec une preuve de travail afin d’éviter la moindre contrefaçon.

Il existe ainsi un grand nombre de monnaies virtuelles (telles que le Litecoin, Megacoin, etc) mais la plupart sont des dérivées de la première monnaie complète : le Bitcoin.

Ce dernier a été créé, en 2009, par Satoshi Nakamoto. Ce nom est en fait un pseudonyme utilisé par le développeur ou le groupe de développeurs qui ont conçu la monnaie. Peu après, d’autres crypto monnaies ont vu le jour, comme le Litecoin qui, comparé à d’autres, a un temps de transaction plus rapide.

Ces monnaies n’avaient, à la base, aucune renommée et n’étaient que très peu utilisées car elles ne valaient presque rien. Malgré ça, des personnes ont pris le temps d’investir dedans, pensant que ça pouvait rapporter gros.

Et bien elles ont eu raison. Car en avril 2013, le Bitcoin a vu une montée considérable dans le cours de la bourse.

Ces montées ont fait accroitre la portée médiatique de ces monnaies et donc de plus en plus de personnes ont placé leur argent.

Après 2014, de nouvelles monnaies virtuelles ont fait surface (telles que l’Etherium). Ces dernières apportaient de nouvelles fonctionnalité, comme l’adresse de furtivité.

Fin 2017, le Bitcoin a atteint la barre incroyable des 10.000 dollars américains. Cette monnaie a continué ensuite de grimper pour passer au dessus des 17.000$.

Les personnes qui avaient donc investi dedans au début ont vu leur compte en banque augmenter considérablement.
Actuellement, le Bitcoin est redescendu à 5450€ par unité.

Cependant, les monnaies virtuelles ne font pas que de belles choses. Nombreuses sont les personnes qui sont touchées par cette « mode ».

  • Premièrement, il est clair et net qu’il est très rentable de posséder de la crypto monnaie. Mais en plus, il est désormais facile et à la portée de tous d’en acquérir. Pour cela, il suffit  juste d’avoir un ordinateur assez puissant afin  de « miner » cette monnaie virtuelle.
    Le « mining » (terme utilisé en informatique) est le fait de mettre à disposition un ordinateur de puissance afin de vérifier les transactions entres les utilisateurs. Dès qu’un Bitcoin, ou une partie de Bitcoin, est transférée, un réseau de machines vérifie la transaction pour ensuite l’enregistrer dans une « Chaine de blocs ». Un bloc est une transaction, une chaine de blocs est donc plusieurs transactions mises l’une à la suite des autres. Ce sont ces chaines qui sont vérifiées. Pour cela, on vérifie le bon fonctionnement de ces dernières puis on les convertit en un « hash » (suite de nombres et lettres), « hash » qu’on ajoute au bloc. Ce qui fait que tous les blocs sont liés.
    Le dit mineur est ensuite rémunéré pour chaque « hash » effectué par le montant de 25 Bitcoins.
    Et là est le problème car les personnes vont vouloir « miner » de plus en plus. Et au plus on mine, au plus on a besoin de matériel efficace et puissant. Et le matériel le plus rentable actuellement est celui pour les gamers. Donc les « mineurs » achetant des cartes graphiques et alimentations haut de gamme font augmenter les prix car ces appareils ont besoin d’un temps de fabrication supérieur… et ça fait donc ralentir la chaine. Ce qui donne une quantité de matériel produit moindre.
  • Ensuite, dû au fait que la monnaie n’est pas gérée par la moindre banque mais aussi parce qu’elle est encryptée, cela favorise à la mauvaise utilisation. Il existe une partie sombre d’Internet appelée « Darknet » ou « Deepweb » dans laquelle on peut y trouver des boutiques en tous genres sur lesquelles on a la possibilité d’acheter de la drogue, des armes à feu ainsi que des esclaves voire pire encore. La crypto monnaie a sans doute augmenté la sécurité des transactions pour ces sites, ce qui a donné confiance aux acheteurs malveillants.
  • Pour finir, les transferts de ce type d’argent n’ont aucun plafond. Ce qui permet de, si le besoin survient, faire un virement important en ayant que très peu de frais de dossiers ainsi qu’un nombre d’intermédiaires restreints.

Pour en conclure, le principe de cette monnaie virtuelle est intéressant car il permet d’aller plus loin dans la liberté de paiement… mais la monnaie virtuelle permet aussi d’aller trop loin ! Donc pour moi, c’est un outil astucieux mais à utiliser avec modération.