Mac Pro 2013 – Que vaut le dernier Mac Pro 5 ans après sa sortie ?

En 2013 sortait le tout dernier modèle de Mac Pro de chez Apple; le Mac Pro 6.1, plus connu sous le nom de “trashcan” (corbeille ou poubelle). La ressemblance est frappante, je dois bien l’avouer. Apres 5 ans, Apple n’a toujours pas sorti de tour professionnelle destinée aux professionnels (l’iMac Pro n’est pas une tour), et aucune idée de savoir quand (ou si) un nouveau Mac Pro est prévu. De facto, le dernier Mac Pro sorti, toujours vendu neuf à l’heure actuelle par Apple, a déjà 5 ans, ce qui dans le monde de l’informatique représente une éternité… Aujourd’hui nous allons voir si après toutes ces années, le Mac Pro mérite toujours son statut “Pro” et permet encore d’être aussi productif qu’en 2013…

Voici la bête, le modèle de test du jour est la version de base, auquel le processeur et la RAM ont été amélioré, les caractéristiques sont donc les suivantes:

  • Intel Xeon E5 1650 v2 (6 cœurs 12 threads – 3.5ghz base et 3.9ghz boost – 12mb cache L3)
  • 16gb DDR3-1866mhz ECC (4 x4gb en configuration quad channel)
  • Deux AMD FirePro D300 (avec 2gb de VRAM GDDR5 chacune)
  • SSD PCIe 256gb

Une configuration plutôt musclée pour l’époque, mais fait-elle encore le poids aujourd’hui? C’est ce que nous allons voir.

 

Tour du propriétaire: 

Nous allons commencer par nous attarder sur le look de la machine. Révolutionnaire à son époque, il n’en est pas moins impressionnant en 2018. Un cylindre anthracite aux finitions laquées, le tout en aluminium, un format miniature, un seul ventilateur pour refroidir toute la machine tout en la gardant inaudible la majeure partie du temps, un radiateur triangulaire central qui refroidis le processeur et les deux cartes graphiques… Sur papier cela semble incroyable, et pourtant c’est exactement ce qu’est ce Mac Pro. Je n’ai personnellement jamais été un fanatique, et encore moins un fan assidu de la marque à la pomme, mais il faut admettre, d’un point de vue d’amateur de matériel informatique, que ce design tant intérieur qu’extérieur est une véritable prouesse.

On peut distinguer ici les deux cartes graphiques collées à un radiateur central, duquel le ventilateur du haut extrait la chaleur. Le processeur se situe derrière les ports i/o et est donc invisible.

On distingue ici le SSD PCIe connecté derrière la carte graphique de droite. Si il semble grand et imposant sur les photos, il est en fait bien plus petit en vrai; le voici à côté de ma petite tour ATX:

L’expérience utilisateur:

Comme tous les ordinateurs Apple récent, il est compatible macOS 10.13.4 (dernière version en date à l’heure de la rédaction), et comme tous les Mac tournant sur SSD PCIe, il est rapide. Très rapide même. Un véritable plaisir pour quiconque n’est pas allergique à macOS, on peut bien sûr installer Windows facilement via Bootcamp de toute manière. La chose que l’on remarque tout de suite, c’est qu’on ne l’entends pas. Son ventilateur est inaudible tant que l’ordinateur n’est pas fort sollicité pendant une longue période de temps, notamment pendant de longs rendus, mais j’y reviendrai. Les températures sont excellentes, et j’avais du mal à y croire en voyant son design. Le processeur reste sous les 62 degrés en charge, je ne l’ai jamais vu monter plus haut. Même histoire pour les cartes graphiques qui n’ont jamais dépassé 65 degrés. J’ai néanmoins rencontré un problème avec mon écran. En effet, si le Mac Pro est censé être compatible 4k 60hz via un de ses 6 ports Thunderbolt 2, mon écran (LG 27UD58) est resté bloqué en 3840×2160 à 30hz. Je n’ai pas su corriger le problème, il est donc important de bien se renseigner quant au support de vos écrans sur cette machine.

 

Les performances:

Aucuns soucis à l’usage, le démarrage se fait très vite, aucuns ralentissements au niveau de l’interface. Cela dit, le processeur montre quand même son age. En applications de traitement lourd, comme Final Cut, Blender et Cinema4D, ce n’est pas aussi rapide que ce que pourrais faire un simple i7 8700k moderne. En effet, ce dernier est presque 50% plus rapide en termes de performances multi-cœurs. Et oui, Intel n’a pas chaumé en 5 ans…

Voici le résultat du benchmark Cinebench R15 sur le Mac, un i7 8700k fait environ 1230 points sans overclock, bien plus une fois overclocké… Le tout en dégageant moins de chaleur et en consommant moins d’énergie. Les performances sont néanmoins encore suffisantes pour beaucoup d’usages si vous n’êtes pas trop pressés. Il vous est aussi possible de changer le processeur de façon relativement aisée, pour y mettre par exemple un Xeon E5 2697 v2 (qui ferait environ 1600 points grâce à ses 12 coeurs et 24 threads) si les performances se suffiraient pas.

Pour conclure, acheter cette machine neuve en 2018 n’a aucun sens. D’abord parce qu’elle est encore beaucoup trop chère, ensuite parce que’elle montre son âge malgré tout, et pour finir parce qu’un nouveau Mac Pro devrait arriver sous peu. L’acheter d’occasion alors? Peut-être oui, mais cela va dépendre du prix. Pour le même budget, un ordinateur Windows offrira toujours plus de performances brutes en tout points, et c’est valable pour tous les Macs d’ailleurs, mais vous y perdrai par contre en optimisation logiciels et en ergonomie d’usage. C’est un choix à faire…

Groupe Facebook basé sur une communauté d'entraide informatique

Aller à la barre d’outils