MSI OPTIX MAG322CQRV – Le meilleur écran pour 500€ ?

Nous allons vous présenter aujourd’hui un nouvel écran gaming de la gamme Optix de chez MSI. Ce dernier né se place sur le segment milieu / haut de gamme et embarque un excellent compromis de caractéristiques idéales pour le jeu.

Je remercie d’emblée MSI France pour le prêt de cet écran et la confiance que vous m’avez accordé.

Commençons par un récapitulatif de la fiche technique :

Sur papier, il possède tous les attributs pour plaire. Une taille généreuse de 32 pouces de diagonale, une résolution confortable de 2560 par 1440 pixels, une haute fréquence de rafraichissement (144hz), une dalle VA très rapide (annoncée à 1ms) et le tout pour un prix contenu de 499 euros… Et compatible Freesync ET G-Sync !

Notons également que la dalle est incurvée, très incurvée même (1500R, signifiant que si on disposait plusieurs écrans côte à côte jusqu’à former un cercle parfait de dalles, ce cercle aurait 1500mm de rayon)

L’écran dispose également d’un haut contraste annoncé, dalle VA oblige.

Seul petits bémols, une dalle visiblement 8bits sans dithering / FRC ne pouvant afficher qu’une palette de nuances « standard ». Une absence d’haut-parleurs intégrés également, même si je ne considère pas ça comme un point négatif.

Est-ce trop beau pour être vrai ? C’est ce que nous allons déterminer aujourd’hui.

Tour du propriétaire :

En le sortant de sa boite, une première chose m’est sauté aux yeux : la finition. Elle est bonne, elle est même très bonne pour une marque qui n’est dans le marché des écrans gaming que depuis peu de temps. Le pied ajustable en métal se monte sans outils en une fraction de secondes, et le voilà déjà prêt au combat.

Le design est intéressant, que l’on aime ou non. La moitié supérieure de l’écran est très fine et élégante, le reste est un petit plus agressif mais jamais dans l’excès. Pour moi c’est une réussite visuelle.

L’écran est sobre et noir, très loin du reste des composants « Gaming » de chez MSI, et je trouve à titre personnel que c’est une bonne chose.  L’usage de plastique est abondant, mais détrompez-vous, la qualité est tout de même au rendez-vous. On regrettera tout de même l’usage de plastique brillant noir au dos de l’écran ; ce type de revêtement est extrêmement sensible aux griffes et vieilli généralement mal. Au dos de cet écran justement, on remarquera une bande de LEDs RGB qui s’illumine lorsque l’écran est allumé. Notons que les LEDs sont désactivables via le menu de l’écran.

Juste sous la bande de LEDs se trouve l’unique joystick de contrôle de l’écran. L’usage d’un seul joystick pour contrôler l’entièreté du menu de l’écran est un excellent choix, bien plus simple et ergonomique que beaucoup d’autres écrans gaming d’autres marques Taïwanaises…

Le joystick et la barre de LEDs RGB

Attardons-nous sur ce menu justement. Il est simple mais complet, sans fioritures et surtout facile de navigation. Je le trouve très agréable à l’usage et c’est assez rare pour moi sur des écrans destinés au jeu. Outre les réglages normaux communs aux écrans du genre, on retrouve un overlay sous forme de viseur au milieu de l’écran, pratique pour certains jeux ou modes de jeux n’en proposant pas. Notons cependant que vous devrez vous rendre dans les options de rafraichissement d’écran afin de sélectionner « 144hz » manuellement. Sans cela vous ne pourrez pas dépasser 60hz sous Windows. J’aurais aimé voir ce mode activé par défaut sur un écran de jeu, mais ce n’est finalement qu’un détail.

Le menu (OSD) de l’écran

Le MAG322CQRV propose également un bon assortiment de ports. Au menu, deux ports HMDI2.0 et un port DisplayPort1.2. Tout trois permettant d’afficher à la résolution maximale tout est étant à 144hz. Un bon point qui n’est pas toujours présent sur d’autres écrans de cette tranche tarifaire. On retrouve un USB3.0 type B servant à relier au pc le hub 2xUSB3.0 présent au dos de l’écran. Juste à côté on notera la présence d’une sortie jack audio afin de déporter le son sur un casque ou des enceintes. Enfin, le jack d’alimentation (alimentation externe type pc portable) et le verrou Kensington complètent la panoplie parfaite d’un écran moderne.

La dalle : la pièce de résistance :

Parlons de la dalle à présent. Nous sommes ici en présence d’une dalle récente vraisemblablement fabriquée par Samsung. Elle m’a d’emblée agréablement surpris. J’estime être assez critique quant aux dalles d’écrans, après avoir eu et testé des pointures du marché en termes de colorimétrie ou de résolution, je dois tout de même tirer mon chapeau à MSI.

À gauche Asus PG348Q, à droite MSI MAG322CQRV

Tout d’abord, le contraste important apporté par la dalle VA saute aux yeux. Mettez-le à côté d’une dalle IPS telle que celle du PG348Q ici présent, et ce dernier parait instantanément délavé. Pour ce qui est du rendu de couleurs, j’estime la colorimétrie bonne mais pas excellente. Très bonne pour un écran gaming cela dit, les rouges sont vifs, les mauves sont bien mauves et non bleus/violets et la saturation assez prononcée. On peut aimer ou non mais cela rend l’image agréable et flatteuse à défaut d’être fidèle. A ce sujet, une calibration via une sonde externe serait recommandée si vous souhaitez faire de la retouche photo/vidéo. Cependant, je ne lui reprocherai pas vraiment sa calibration non neutre, car je doute que quiconque achète ce genre d’écran de jeu dans le but de faire de la retouche photo.

Un autre point qui m’a surpris, c’est la rapidité de cette dalle. Par le passé j’ai longtemps boudé les dalles VA à cause de leur inhérente lenteur. Mais cet écran, doté de sa dalle VA moderne, arrive à être presque aussi rapide qu’une dalle TN. Et ça c’est impressionnant, surtout à ce prix. En laissant les réglages par défaut sur l’OSD de l’écran, on ne remarque ni ghosting ni reverse-ghosting.

Pour ce qui est de la luminosité, elle est correcte sans être excellente. Annoncée à 300nits, soit une valeur assez standard, j’aurai aimé voir 350 ou 400 nits dans une époque où beaucoup d’écrans gaming poussent pour une luminosité toujours plus haute. Ceci dit, on ne remarque pas de fuites de lumière notables et la répartition de la luminosité est homogène sur tout l’écran.

Je pourrais toute fois faire une remarque sur la définition de la dalle. Si le choix du QHD 1440p est évident pour le gaming à notre époque, la taille de 32 pouces se prête mieux aux dalles UHD 2160p. Les pixels sont visibles, sont être trop dérangeant non plus. Cependant, cela ne devrait pas vous déranger si vous vous tenez à une bonne distance de l’écran. A titre personnel, un écran aux caractéristiques identiques mais en 27 pouces serait préférable (comme par exemple le Optix MAG271CQR).

Conclusion :

La dalle est globalement une réussite à mes yeux, en résulte une très bonne expérience de jeu. La dalle est qualitative et agréable à regarder tout en étant rapide et pleine de contraste. La dalle est Freesync et compatible G-Sync. Si vous disposez d’une carte graphique Nvidia compatible, vous devrez vous rendre dans le panneau de configuration Nvidia afin de tirer parti de l’option G-Sync. Notez qu’il vous faudra impérativement brancher l’écran en DisplayPort pour cela. L’expérience G-Sync est bonne, même si elle ne vaut pas celle d’un écran G-Sync natif. Le tearing est bel et bien absent mais on notera parfois un flickering de l’image et un framerate assez variable.

Alors oui, il existe de meilleurs écrans pour le jeu. Il existe des modèles plus rapides, affichant une plus large palette de couleurs, il existe des écrans encore mieux finis également… Mais, pour 500 euros et sans faire au moins un gros compromis (ce que ce MAG322 ne fait justement pas), je n’en connais aucun.

C’est pourquoi je n’hésiterai pas à vous recommander cet écran. Si vous cherchez un excellent écran de jeu en 16:9 aux alentours de 500euros, difficile de recommander autre chose.

Encore un remerciement à MSI France de la part de toute l’équipe Wegeek pour avoir rendu ce test possible.

-Enzo Silva