Paris 2024 : une ambition technologique

Dans quelques jours, aura lieu les Jeux Olympiques de Paris 2024, l’occasion de revenir sur l’enjeu technologique d’un tel événement, qui va rassembler la planète entière et de montrer le savoir-faire français en matière de technologie.

Le logo des Jeux Olympiques de Paris 2024 // source : designweek

Lors de chaque Jeux Olympiques, les pays organisateurs ont l’occasion de montrer leur savoir-faire en matière de technologie. L’exemple le plus récent et le plus ambitieux est celui de Pékin, l’année dernière. À 22 jours des Jeux Olympiques de la Ville Lumière, nous présentons un aperçu des technologies déployées pour assurer le bon déroulement des Jeux. Cela inclut tout, depuis l’organisation et la surveillance jusqu’au matériel fourni aux athlètes.

L’IA un grand allié pour les jeux olympiques

Fort d’un budget de 6,2 milliards d’euros, l’intelligence artificielle représente un enjeu majeur dans divers domaines, allant de la sécurité publique à l’industrie hôtelière, et jusqu’à l’évaluation des juges en gymnastique artistique. Dans ce contexte, l’IA jouera un rôle clé lors des Jeux Olympiques de Paris.

Depuis le COVID et les JO de Tokyo les organisateurs déploient la reconnaissance faciale ce qui soulève des questions au niveau du respect de la vie privée à l’heure où le RGPD est omniprésent dans le vieux continent, la France décide de continuer dans cette lancée, déposant ainsi une loi pour la vidéosurveillance assistée par IA, la loi a été votée par le Parlement mais ce dernier a fait une audition concernant le côté vie privée de la loi, la ministre des sports et des jeux olympiques et le ministre de l’intérieur ont tenu a préciser que cela ne concernera que les évènements de grand envergure, le nouveau système de surveillance sera utilisée en parallèle avec le système déjà mis en place dans le village olympique afin de combiner la technologie avec le respect de l’environnement, de plus il n’est pas compliqué de mettre à jour le système en dotant les caméras de surveillance d’une IA sans avoir à déployer les modèles de dernière génération, ces dernières pourront enregistrer le visage des participants, leur température corporelle, vérifier si le port du masque est respecté ou le comptage d’individus seront possible, de plus le système pourra prédire en se basant sur les données des transports, la météo ou du trafic l’affluence, avec des capteurs placés à des endroits stratégiques, analyser le respect des jauges dans les lieux fermés.

L’IA ne sera pas présente uniquement dans la sécurité des JO loin de là elle sera aussi présente dans l’industrie hôtelière, sous toutes ses formes, sous la forme d’un robot intelligent, d’un chatbot en ligne, ou encore dans la réalité virtuelle, de plus le personnel sera épaulé par l’IA pour analyser les données en ligne afin d’optimiser les services proposés ou encore la prédiction des taux d’occupation, le comité d’organisation a déjà dévoilé la liste des établissements qui accueilleront les athlètes des délégations étrangère, parmi cette liste 127 lieux en Ile-de-France mettent déjà tout en œuvre pour briller lors de cet évènement.

Photo de Possessed Photography sur Unsplash

Fort de sa puissance de calcul l’intelligence artificielle va être intégrée pour optimiser les prix dans des solutions de dynamic pricing ces solutions basées sur les techniques de Big Data et de Machine Learning consistent à adapter en fonction de règles établies le prix de produits ou des services de manière autonome tout en maintenant la compétitivité de leurs tarifs, les professionnels des JO de 2024 peuvent utiliser a bon escient pour assurer leurs marges tout en optimisant leurs ventes. La plateforme d’IA et de data science pourra exploiter des données dont ils disposent recommander des réductions, des prix personnalisés ou des prix en fin de stocks de manière éthique et transparente envers les dirigeants.

L’IA servira également pour les compétitions de gymnastique artistique, confirme la Fédération Internationale de Gymnastique, les juges seront épaulés par une IA pour calculer la valeur la difficulté des éléments et à traiter les réclamations faites par les gymnastes, cette technologie fut utilisé en premier lieu lors des championnats du monde de gymnastique de 2019. Le système se basant sur une IA de détection 3D, ainsi une caméra qui sera équipée d’un capteur 3D capture les mouvements du gymnaste, les images avec les données seront transmises à un ordinateur qui projette une image graphique de la performance.

Des prothèses mécatroniques pour épauler les athlètes paralympiques

L’entreprise Ottobock s’occupe de développer les nouvelles prothèses disposées au grand public, basées sur une structure en carbone, piloté par des microprocesseurs qui obéissent à divers logiciels, afin d’analyser les mouvements de la marche comme monter un escalier. Le prix des prothèses peuvent aller de 10 000 € pour les prothèses en carbone sans composant électronique, jusqu’à 80 000 € pour les prothèses mécatroniques.

“On travaille de plus en plus avec de l’impression 3D. Nos prototypes sont expérimentés et testés par nos athlètes paralympiques. Et le résultat permet d’équiper des patients pour la vie de tous les jours. Notre souci est d’améliorer le confort et la performance de nos appareils.”

Jules Revais responsable innovation chez Ottobock France auprès de Radio France

Cependant l’Agence Nationale du sport à signé un contrat de partenariat avec Airbus, afin de développer des prothèses hyper-performantes, 55 dossiers d’athlètes ont été confiées au service de Christophe Debard, 19 sont en cours d’études et des prototypes ont été fabriqués. A l’image du fauteuil du joueur David Toupé ou du champion paralympique de triathlon Alexis Hanquinquant ce dernier précise ceci : ‘Le milieu paralympique de haut niveau, c’est la recherche de plein de petits détails qui peuvent paraître anecdotiques mais qui ne le sont pas. Donc c’est un beau challenge et c’est hyper excitant.

Des ingrédients clés pour la réussite des Jeux de Paris 2024

Interviewé par Orange, Bruno Marie-Rose explique l’importance de la technologie au sein des Jeux Olympiques de Paris et son ambition technologique ‘Sur les sites olympiques, il faut mettre en place les écrans géants, le chronométrage et tous les systèmes liés aux compétitions en elles-mêmes. Il faut aussi assurer la captation des images et, en collaboration avec Orange, leur diffusion pour les téléspectateurs du monde entier qui voudront ressentir en direct l’émotion des compétitions. Un autre volet important est spécifique aux métiers de l’événementiel. Par exemple, la billetterie de Paris 2024 est 100 % numérique, pour la première fois dans l’histoire des Jeux Olympiques et Paralympiques.’

Vous pouvez retrouver la suite de l’interview ici.

Ce qui est certain c’est que les jeux olympiques de Paris 2024 seront mémorable, car cela fait depuis 97 ans qu’ont eu lieu les derniers jeux olympiques dans la capitale française, et la ville compte mettre en avant le savoir faire français dans tout les domaines, et mettre en avant la ville de demain.

Publicité

En vous inscrivant sur ce site, vous soutiendrez l'indépendance de WeGeek, et ce, gratuitement !spot_img
Gaetan Chartrer
Gaetan Chartrer
Passionné d'automobile et de tech je fais part de ma passion pour ce dernier en rédigeant bénévolement sur ce site.

Suivez-nous

Notre partenaire

spot_img