Shadow PC : Le Test

Shadow PC : Le Test

27 mai 2018 Non Par Clément Wigy

Alors Shadow, cette promesse d’un PC gaming dans le cloud, où ça en est ?

Tout d’abord, une rapide présentation de ce qu’est Shadow (BLADE), l’entreprise entrait dans le monde du cloud computing le 29 novembre 2017, une belle réussite en considérant la vente de 1000 abonnements en à peine 30 minutes,  ce décrivant elle même comme étant l’avenir du PC, en proposant un PC accessible à distance, conçu pour jouer, le tout sur téléphone, PC, MAC ou même tablette, Blade nous vend donc un beau rêve pour les plus mobiles d’entre nous ( et les plus joueurs )

Quelques mois après le lancement officiel, où en est-on ? 

Après l’inscription, le téléchargement du logiciel, et son installation, voici devant quoi nous nous retrouvons :

 

Une interface simple, un bouton démarrer, un écran de paramètre basique, au final, rien n’est à configurer jusque là tout va bien.

Maintenant si on lançait la bête ?

Après une configuration Windows comme d’habitude, nous arrivons sur le bureau, somme toute aussi basique qu’un bureau Windows lambda.

Et c’est là qu’une chose frappe pour les connexions moyennes comme moi : la qualité d’écran.

Je me trouve sur un écran de 27″ en 1440p, et le stream me renvoie déjà un écran hyper pixelisé sans que je n’aie encore sollicité de vidéo ou de jeu, sachant que la promesse de shadow est de pouvoir jouer à des jeux à partir de 15mb de débit descendant, ayant le double, je m’attendais à bien mieux venant de leur part.

Enfin, ce n’est pas grave, passons plutôt à la configuration même du PC Shadow !

Comme on peut le voir Shadow a respecté sa promesse : un PC avec une solide configuration matérielle permettant de jouer et de faire du gros travail sur la machine avec une partie graphique dédiée à l’utilisateur contrairement aux autres ressources de la machine.
Voici rapidement l’intérieur de la machine : 

Au niveau connexion, et après plusieurs téléchargements de gros fichier, on sent bien que le datacenter à une connexion stable en journée ( eh oui lors d’affluence le soir ce n’est clairement plus la même musique)

Un rapide speedtest le montre : 

De ce côté la, l’utilisateur est tranquille les serveurs de Blade suivent le mouvement en heure d’affluence normale.

Côté performance, j’ai fait un geekbench CPU et GPU, le tout en fréquence stock, car il n’est pas recommandé DU TOUT, de s’amuser à OC les composants du Shadow.

Pour le CPU :

Pour le GPU :

Avec ce score, effectivement, nous avons bien une 1080 dedans, quoiqu’un peu faiblarde pour de la fréquence stock, le score est acceptable et est largement suffisant pour jouer de façon convenable !

Jusque là, le seul petit bémol que nous pourrions reprocher à Blade, c’est la promesse que les plus petites connexions peuvent jouer qui est fausse. Enfin plus ou moins.

Oui nous pouvons y jouer, à n’importe quel jeu à vrai dire, mais avec un retour de stream de piètre qualité, une latence tout simplement aberrante, ça en devient totalement injouable, même regarder un film n’est pas possible.

Voici un test Firestrike pour vous faire une idée plus précise des performances graphiques :

Rien de fou, un score..  Pas très bon à vrai dire pour une 1080 couplé à un Xeon.
Mais qui confirme qu’il est possible de jouer à tout les jeux en  1080p sans avoir de problème. À condition de pouvoir avoir un stream de retour de qualité si on ne veut pas pleurer à la vue des pixels aussi gros que votre pouce.

Après des tests sur Mac, PC, Android, quelque que soit la plateforme, Shadow s’intègre de manière étonnante, une fois en fullscreen, on aurait du mal à faire la différence être notre PC et le PC à distance que nous offre Blade il faut être sincère.

En revanche, n’essayez pas de faire du jeu vraiment nerveux (comme CS:GO) avec Shadow si vous n’êtes pas fibré vous aussi, ou vous vous en mordrez les doigts.

Après, Blade ayant connaissance de ce problème de petite connexion, la fibre étant loin d’être disponible sur tout le territoire, nous avons eu le droit à une option permettant d’utiliser le codec HEVC/H.265, permettant de garder une qualité d’image, en optimisant sa compression, donc plus pratique pour les petites connexions internet.

Pas de gros test sur un jeu en particulier, il n’y a malheureusement pas grand-chose à dire, les seuls moments ou il a été possible de jouer, étant quand nous avions accès à la fibre, et que l’affluence des serveurs n’était pas trop forte. 

Pour en finir

Bien, Blade est à mon sens l’avenir du PC, c’est un fait, ça évite de débourser 1500 euros dans un PC, à 30 euros par mois, l’argument de Shadow est intéressant, en prenant en compte que vous ne payez que ça, pas de maintenance, de consommation électrique, de remplacement de composants pour avoir des plus performants, Blade s’occupe de tout.

On a une expérience vraiment intéressante, nous n’avons vraiment pas l’impression de travailler ou de jouer sur un PC qui se situe dans un Datacenter à des centaines de kilomètres de soi.

Le fait de pouvoir jouer n’importe où sur n’importe quelle plateforme (exit les consoles) est un très bon point.

Mais tout ça à la condition d’avoir la fibre, parce que voilà le vrai problème : Shadow est clairement inutilisable au quotidien sans la fibre, en tout cas pas pour jouer, ou regarder des films en 4K/FHD. 

Espérons que Blade saura améliorer sa solution, ou que la France sera bel et bien fibré totalement d’ici quelques années.

Au final, oui le concept de Blade est extrêmement intéressant, prometteur, rêveur, mais malheureusement de trop nombreux bug et imperfections viennent gâcher l’expérience utilisateur pour les connexions moyennes. Et c’est bien dommage.

En revanche si vous êtes fibrés, nous ne pouvons que vous conseiller de foncer prendre Shadow PC si vous n’avez pas déjà un PC de compétition ! 

Voici le lien du site par ici : https://shadow.tech/

Vous avez plusieurs formules : 

Si jamais l’envie vous prenait de souscrire à un abonnement n’hésitez pas à utiliser notre code parrain vous permettant de profiter d’une réduction sur votre abonnement : CLMCH1OZ

Merci encore à Shadow de nous avoir permis de faire ce test !